Chine

L’armée enterrée de Xi’an

Aujourd’hui, nous allons pouvoir contempler la mythique armée enterrée de Xi’an. Le réveil est difficile pour JM qui est tombé malade, probablement suite au mauvais temps qui nous poursuit depuis Pingyao. Une légère bruine subsiste encore mais nous ne faisons pas la route sous un déluge.

L’armée de terre cuite de Xi’an était censée accompagner l’empereur Quin Shihuang dans son voyage dans l’au-delà. Quand elle a été découverte en 1974, la plupart des soldats étaient très abîmés, et lors de la visite nous pouvons constater que le travail de reconstitution est loin d’être terminé. Voir ce qu’il reste à faire rend la visite de la salle qui regroupe les soldats réparés encore plus impressionnante, on peine à se représenter la dose de travail qui a déjà été accomplie avec une grande minutie.

La deuxième salle ne contient que des fosses en cours de reconstitution, et la troisième présente des statues sous cloche. à l’origine, les statues de l’armée étaient colorées, mais le temps a dégradé les pigments, il n’en reste presque plus rien. L’exposition de l’armée au public n’aide pas à arranger la situation. Il est même envisagé de ré-enterrer l’armée si les dégâts deviennent trop importants.

Nous nous laissons tenter par des petites statuettes de soldats en boutique, en bons touristes. Je craque aussi sur une statuette de grue mais elle est un peu trop chère pour moi. Je la laisse à regret, mais maman et JM arrivent à l’acheter sans que je le remarque pour me l’offrir plus tard dans la journée… Nous déjeunons au restaurant gratuitement, en dédommagement de l’attente en gare hier. C’est la fête de la Lune, ou fête de la
mi-automne et nous pouvons goûter le gâteau de lune de Xi’an en dessert. Chaque ville a sa propre recette, ce gâteau là est très bon.

Nous rentrons nous poser un petit moment à l’hôtel, et il est hors de question de quitter les lieux sans avoir profité des services de Nyounyou. Je commande une bouteille d’eau et nous l’attendons tous de pied ferme. Elle se balade en autonomie dans les couloirs en parlant toute seule… C’est plus un spectacle qu’un room service. Après cette pause nouvelles technologies, nous ressortons, seuls, pour découvrir la ville.

J’ai, depuis bien avant notre départ, envie de me faire tatouer en Chine. C’est peut-être le seul souvenir semi-matériel qui me tient vraiment à coeur, mais nous n’avons pas encore eu l’occasion de chercher un tatoueur. Avec ce temps libre, nous commençons à chercher, en vain, un salon dans la ville de Xi’an. J’interroge les jeunes qu’on croise, mais ils ne comprennent pas l’anglais.

Nous n’y croyons plus et rentrons à l’hôtel. Sur la route, miracle, un tatoueur, et il est ouvert et disponible ! Il ne parle pas anglais lui non plus mais je peux échanger avec lui grâce à une de ses amies au téléphone. Une heure plus tard, je repars avec une grue sur la cheville gauche.

Armée enterrée de Xi'an

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *