Chine,  Mongolie

Tchou tchou !

Rendez-vous a été donné à 6h avec Agui pour qu’il nous conduise à la gare, je retrouve maman et JM en bas de l’hôtel. La préparation a été un peu compliquée, l’hôtel a subi une panne de courant à 5h et il n’est toujours pas revenu quand nous partons… Pas évident de préparer ses valises à la lumière d’une lampe de poche.

Agui nous explique où attendre le train et nous quitte, deuxième départ difficile, lui et Chingiss formaient une super équipe, on aurait pas pu rêver mieux. Bien qu’il ne parle pas un mot de français, il nous a beaucoup fait rire avec ses mimes.

Le train arrive et nous embarquons. Nous craignions que le confort soit inexistant, mais la cabine est de taille raisonnable et les couchettes sont suffisamment molles pour y être bien. Nous ne tardons pas à nous installer.

Un hollandais nous rejoint pour combler la place vaquante de notre cabine. Très discret, il passera la majeure partie du voyage sur sa couchette en hauteur, venant seulement discuter avec nous de temps en temps. Il va rejoindre ses parents en Chine et suivre le même parcours que nous (Pékin, Pingyao, Xi’an).

Je dors quelques heures. Premier arrêt vers midi, nous descendons fumer et nous dégourdir les jambes. Nous avons des prises pour brancher les ordinateurs, le temps passe plutôt vite, je commence les retouches photo.

Nous allons ensuite déjeuner au restaurant du train, à la déco très russe et kitch. Retour à notre cabine avant la prochaine pause, la dernière avant la frontière mongole, où nous ne pourrons pas sortir du train pendant plus d’une heure d’arrêt.

Le stop suivant est le plus effrayant : la frontière chinoise. 5h d’attente dans une zone d’accueil le temps de changer les essieux et vérifier les passeports, visas et sacs. C’est un peu la pagaille, nous devons prendre les valises, les laisser, les reprendre, pour finir par les laisser dans notre cabine. L’attente est longue mais vivable. Nous sortons parfois fumer sous haute surveillance. De retour dans le train, nous nous préparons à dormir, il est déjà 1h30.

Je me réveille vers 10h devant un paysage qui a bien changé. Nous avons quitté le désert de Gobi et nous approchons de la capitale chinoise. On aperçoit des montagnes entièrement recouvertes de panneaux solaires, c’est impressionnant.

Encore un peu de patience et à 14h35 pile (coucou la SNCF), nous débarquons à Pékin. Nous trouvons sans mal notre guide, Georges, et notre chauffeur. Ceux-ci nous conduisent d’abord à l’hôtel de maman et JM, puis au mien. Georges me montre ensuite le trajet pour les rejoindre à pied.

Nous partons en direction du lac où nous buvons un verre dans un bar qui ne propose que du thé. Le mien est glacé et contient des morceaux de mangue, c’est délicieux. Au moment de payer, nous nous heurtons au premier obstacle chinois : ils n’acceptent que les cartes bancaires chinoises ou WeChat. Nous réussissons finalement à régler en espèces, de toute façon c’est ça ou rien.

En nous promenant, nous voyons des pékinois se baigner dans le lac et d’autres y pêcher. J’ai emmené mon maillot de bain mais je me passerai de piquer une tête, le fond de l’eau ne donne pas très envie.

Nous prenons notre premier repas chinois (très bon) dans un resto entre nos hôtels puis nous allons dormir, bien fatigués.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *