Mongolie

En route pour Kharkhorin

Réveil très matinal dans notre yourte, il est 6h et le soleil se lève. La nuit a été rude pour maman et JM mais ça a été pour moi. La famille commence déjà à s’activer : chez les nomades il y a toujours quelque chose à faire.

Les enfants se réveillent eux aussi et ils sont en forme. La petite fille joue au ballon avec nous et se fait courser par son frère, il semble inépuisable. Ils rentrent dans notre yourte pour voir ce qui s’y passe, hier ils nous ont vues enlever nos lentilles, ça a dû les surprendre.

Je sors le Polaroïd pour les photographier et ça semble beaucoup leur plaire. Ils en réclament une autre et se jettent dessus quand elle sort de l’appareil. Le petit garçon a l’air déçu de voir qu’elle est blanche, sa soeur lui explique qu’il faut attendre un peu.

Nous ne pouvons pas nous attarder plus longtemps, le programme de la journée est chargé. Nous nous mettons en route pour Kharkhorin, l’ancienne capitale. Nous en visitons le musée, qui regroupe des trouvailles faites dans la cité, rasée depuis longtemps.

Nous partons ensuite pour le monastère Erdenezuu, immense ensemble de temples fortifié au beau milieu du désert. Seule une partie du monastère est encore fréquentée par les moines, le reste se présente un peu comme un musée en beaucoup plus coloré.

Il est temps de rejoindre la famille chez qui nous allons dormir ce soir, un couple de personnes âgées. Nous nous mettons dans une tenue traditionnelle prêtée par notre hôte en arrivant, puis Chingiss nous apprend à couper du bois. Je me fais une ampoule au pouce en 5 minutes chrono.

Nous partons pour une petit balade près de la rivière qui sillonne la vallée. Les chevaux qui étaient en train de se reposer près de l’eau rentrent dans leur « pré ». On voit des chiens de prairie courir un peu partout.

Chingiss nous propose ensuite d’assister à la descente du foin, c’est la saison. Nous le suivons près des enclos qui abriteront les bêtes cet hiver. Les hommes se mettent au travail avec une efficacité remarquable. Je décide ensuite de monter sur la colline en face de nous pour avoir une belle vue sur notre campement. Maman me suit. Ces quelques minutes d’effort en valent la peine, la vue est effectivement sublime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *