Islande

Mardi 27 mars – Eyjafjallaquoi ?!

Deuxième et dernière longue excursion du séjour vers la côte sud. Nous partons pour 11h de voyage à la découverte des grandes cascades et des plages de sable noir. 

Dans le bus, nous en prenons déjà plein les yeux en longeant de nombreux volcans et montagnes, dont le fameux Eyjafjallajökull. Son éruption a causé d’importantes perturbations dans le trafic aérien en 2010. Nous tentons de prononcer son nom correctement, sans grand succès. 

Nous sommes déposées à la cascade de Skógafoss, d’une hauteur de 62 mètres. Nous n’avons pas le temps de la voir d’en haut et nous contentons de prendre l’eau à ses pieds. Un arc-en-ciel apparaît dès qu’on s’éloigne suffisamment. 

Il est temps de se diriger vers la plage de Reynisfjara. Dans le bus, le guide nous demande de ne pas approcher des vagues, je le prends un peu à la rigolade, mais nous comprenons mieux pourquoi en arrivant. L’océan est déchaîné et les vagues peuvent atteindre plusieurs mètres. Elles s’éclatent contre les rochers qui les sèment avant de se rapprocher dangereusement de nous en s’étalant sur le sable noir.

La couleur de son sable n’est pas la seule originalité de Reynisfjara. La montagne Reynisfjall, qui la borde, est formée de surprenantes colonnes de basalte sur lesquelles nous posons comme des touristes, parce qu’après tout, nous sommes des touristes. Une averse de grêle s’abat soudain sur la plage. La blancheur de la glace sur le sable est un nouveau spectacle offert par la nature.

La pause déjeuner nous permet de découvrir le village de Vík í Mýrdal, où nous sortons rapidement avant de rejoindre le bus en courant comme des dératées.

Dernier arrêt à la cascade de Seljalandsfoss. D’une hauteur de 65m, elle a la particularité de permettre aux visiteurs de passer derrière. Anaïs enfile son poncho de bossue, nous voilà parties. Le chemin qui permet de voir l’arrière de la cascade n’est pas des plus sûrs, je suis un peu étonnée de n’avoir vu personne tomber. Nous ressortons trempées, mais on aura au moins pu voir l’envers du décor. Nous devons également voir un glacier, mais le temps ne le permet pas. Nous partons donc directement sur la route du retour, vers Reykjavik.

Nous rentrons suffisamment tôt pour profiter de la soirée à Reykjavik. Nous choisissons d’aller au café Vínyl, qui porte bien son nom. Des disques de toutes sortes sont en vente, et la voix de Neil Young nous berce. L’atmosphère est apaisante et la nourriture délicieuse. 

Un bar à proximité de notre AirBNB, le Hùrra, organise un Drink & Draw ce soir, c’est vite l’heure de décoller et de déguster notre première bière islandaise : une Viking, évidemment. L’association qui organise le Drink & Draw publie après chaque événement un petit carnet regroupant les plus jolis dessins de la session, on espère y obtenir une place (pour Alex et Anaïs, c’est du tout cuit).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *