Islande

Samedi 24 mars – Une autre planète

C’est le grand départ ! Réveil difficile après une nuit beaucoup trop courte. Nous nous rendons à l’aéroport Charles de Gaulle, le long trajet en RER ne nous aide pas vraiment à émerger. Arrivées à l’aéroport, passage à l’étape enregistrement obligatoire, tout se concrétise. Nous évacuons l’euphorie avec des blagues particulièrement nulles, mais quand même drôles. Une dernière boisson chaude française et nous embarquons pour 3h30 de vol à destination de l’aéroport de Keflavik.

Le vol passe plus vite que prévu, malgré le stress d’Alexandra à l’idée de ne plus être au sol. On comate, on discute, on regarde une série, et avant même de l’avoir pleinement réalisé, nous sommes sur le sol islandais. L’aéroport de Keflavik est étonnamment propre, calme et grand, c’est un avant goût de la sérénité qui règne ici.

Le temps de grignoter quelque chose et de réserver une navette, nous voilà parties pour Reykjavik. La découverte du pays à travers les vitres du bus est un petit choc : tout est gris, jaune, rouge, des couleurs que nous ne sommes pas habituées à voir en France ou même en Europe. Le tout est dénué d’arbres et l’horizon se perd au loin. J’ai un peu l’impression d’avoir débarqué sur une autre planète…

À peine débarquées dans la capitale, nous voyons le haut de la Hallgrimskirkja (Hallgrimscupcake pour les intimes) dominer les toits environnants : ce sera notre point de repère pour la semaine, et elle nous aide à trouver notre AirBNB sans trop de difficultés malgré les noms de rues imprononçables qui se bousculent sur les plans. Nous sommes accueillies avec une gentillesse incroyable par Magnus, avant d’enfin nous avachir quelques minutes sur la première surface confortable à portée de vue.

Pas le temps de traîner cependant, nous devons faire quelques courses et prévoir des sandwichs pour les excursions à venir. Direction le Bonus, la chaîne «discount» islandaise, si on peut considérer que quelque chose est réellement «discount» ici.

Après quelques instants au calme, nous partons pour notre première excursion : le Northern Lights Mystery Tour. Malgré le temps couvert, nous espérons aperçevoir une ou plusieurs aurores boréales. Le guide du tour nous explique comment se forment les aurores boréales, je ne l’écoute que d’une oreille en observant le paysage alentours, c’est encore plus magique quand la nuit tombe.

Nous nous arrêtons en bord de mer sur la côte sud, l’excursion de la nuit précédente a apparemment été très chanceuse et a pu profiter de nombreuses aurores boréales à cet endroit. Nous n’aurons pas la même opportunité, mais se retrouver sur cette plage, de nuit, à des milliers de kilomètres du quotidien suffit à mon bonheur. Nous pouvons tout de même voir un début d’aurore se tracer dans la nuit, malheureusement le phénomène ne s’amplifie pas suffisamment pour vraiment en profiter. Nous repartons ensuite dans plusieurs lieux, espérant toujours tomber au bon endroit au bon moment, ce qui n’arrivera pas. Tant pis, la soirée aura été belle.

Nous rentrons épuisées et affrontons notre première douche islandaise : se laver sous une odeur d’oeuf pourri causée par le soufre présent dans l’eau, c’est tout de même particulier. 

Je m’endors en quelques minutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *